L'Histoire de la coupe d'Afrique des nations

La Coupe d'Afrique des nations (CAN), est la plus importante compétition internationale de football en Afrique. Elle est organisée par la Confédération africaine de football (CAF) et met aux prises les sélections nationales africaines. Cette compétition, disputée tous les deux ans, s'est déroulée pour la première fois en 1957 au Soudan. Le gagnant se qualifie pour la Coupe des confédérations.

Le titre de champion d'Afrique de football est détenu par la Côte d'Ivoire, vainqueur de l'édition 2015. L'Égypte est la première nation africaine à avoir emporté un trophée continental trois fois de suite (victoires en finale face à la Côte d'Ivoire en 2006, face au Cameroun en 2008 et face au Ghana en 2010.

À partir de 2013, la CAN continue d'avoir lieu tous les deux ans, mais elle est organisée les années impaires afin d'éviter qu'elle se dispute la même année que la Coupe du monde de football.

Histoire

Création de l'épreuve (1956)

L'origine de la Coupe d'Afrique des nations remonte à juin 1956, lorsque la création de la CAF est proposée durant le troisième congrès de la FIFA à Lisbonne par l'intermédiaire de l'Égyptien Abdelaziz Abdellah Salem qui est débouté de sa demande en raison du faible nombre de membres africains (quatre). Celui-ci décide alors de quitter le congrès en disant : « Si nous ne sommes pas tous traités ici sur le même pied d'égalité, il n'est nullement question de notre présence parmi vous. » ; il est accompagné, par solidarité, par le Soudanais Mohamed Abdelhalim, ce qui pousse la FIFA à réagir favorablement à sa demande.

Immédiatement, un projet de créer une compétition continentale se met en place, à laquelle Salem souhaite donner son nom, mais devant l'opposition des autres membres, l'appellation Coupe d'Afrique fut adoptée (a contrario, le trophée remis au vainqueur porte le nom de Salem).

1957 : Première édition au Soudan

En février 1957 la première édition de la coupe d'Afrique, inaugurée par le premier ministre soudanais Sayed Ismail El Azhari, voit le jour en prenant place à Khartoum au Soudan après la construction d'un stade d'une capacité de trente mille places. Cette édition se déroule sans aucune phase éliminatoire, et réunit les quatre nations fondatrices de la CAF : le Soudan, l'Égypte, l'Éthiopie et l'Afrique du Sud. Toutefois, cette dernière refuse finalement d'envoyer une équipe multi-raciale à cette compétition (le délégué sud-africain Fred W. Fell propose alors d'envoyer une équipe composée uniquement de blancs ou uniquement de noirs) entraînant sa disqualification et permettant à l'Éthiopie d'être qualifiée directement pour la finale. Le règlement d'alors dispose que seuls les joueurs évoluant dans leur pays peuvent disputer la compétition5. Durant ce tournoi, seuls deux matchs ont donc eu lieu. Le premier match étant la seule demi-finale, opposant le Soudan à l'Égypte, remportée par cette dernière sur le score de 2-1. Le deuxième match est la finale entre l'Éthiopie et l'Égypte arbitrée par le soudanais Youssouf Mohamed Ibrahim. Les égyptiens l'emportent facilement 4-0 grâce à quatre buts de Mohammed Ad-Diba déjà auteur du but de la victoire en demi-finales. L'Égypte devient donc le premier champion d'Afrique de l'histoire et reçoit le Trophée Abdelaziz Salem.

1959 : Le doublé égyptien

Deux ans plus tard en 1959, l'Égypte et la Syrie fusionnent pour la République arabe unie et accueille la seconde édition au Caire où les équipes participantes sont les trois mêmes qu'en 1957. Le football devient une préoccupation politique puisque le numéro deux du régime de la RAU, le maréchal Abdel Hakim Amer, parachute son homme de confiance, le général Abdelaziz Mostafa, à la tête de la Confédération africaine de football. L'Égypte, emmenée par Mahmoud Al-Gohary, conserve son titre au terme d'un mini-championnat entre les trois nations avec une opposition contre chacun de ses adversaires grâce à ses victoires 4-0 et 2-1 respectivement face à l'Éthiopie et le Soudan, malgré les contestations du Soudan en raison de l'hostilité des foules et d'un arbitrage de faible qualité. Il est à noter que les égyptiens ont battu leurs adversaires sur les mêmes score qu'en 1957. Les soudanais prennent la deuxième place.

1962 : Victoire éthiopienne

La troisième édition de la coupe d'Afrique est repoussée d'un an en raison du coup d'État manqué en décembre 1960 et du retard pris dans la restauration du stade Haïlé-Sélassié8. Le nombre de participants passe à neuf, et une phase éliminatoire est mise en place pour le tournoi final qui a lieu en Éthiopie à Addis-Abeba dans l'Addis Abeba Stadium. Huit équipes se disputent deux billets. La phase finale réunit quatre nations dont le pays hôte, l'Éthiopie, et le tenant du titre, l'Égypte, sont automatiquement qualifiés. Ils sont rejoints par l'Ouganda et la Tunisie. L'Égypte parvient pour la troisième fois d'affilée en finale, mais c'est l'Éthiopie qui remporte le titre, après son succès contre la Tunisie en demi-finale (4-2 après avoir été mené 0-2) et sa victoire contre l'Égypte dans les prolongations de la finale (2-2 au bout de 90 minutes après avoir été mené deux fois au score, 4-2 a.p.)

1963 : Le Ghana s'impose

En 1963, le tournoi final s'agrandit et accueille six équipes, réparties en deux poules de trois. Le Ghana indépendant depuis 1957, entraîné par Charles Kumi Gyamfi, fait sa première apparition en phase finale puisque qualifié d'office en tant que pays hôte de la CAN 1963. L'Éthiopie en tant que tenant du titre est le deuxième qualifié d'office. Les deux équipes se retrouvent dans la même poule. Le Ghana se qualifie pour la finale grâce à sa victoire sur ces derniers. Le Soudan les accompagnent grâce à une meilleure différence de buts que les Égyptiens. Les Ghanéens remportent facilement la finale (3-0) à Accra.

1965 : Le doublé ghanéen

En 1965, la Coupe d'Afrique devient la Coupe d'Afrique des Nations. De nombreux pays refusent de participer en raison de la volonté politique du chef d'État tunisien Habib Bourguiba qui prône l'ouverture du dialogue entre Israël et la Palestine. La République arabe unie (Égypte) se retire, suivi du Soudan. Finalement c'est le Congo-Léopoldville qui y prend part8. Le Ghana se qualifie facilement pour la finale 5-2 face au Congo et 4-1 face à la Côte d'Ivoire. Dans l'autre poule, le pays organisateur et le Sénégal se retrouvent à égalité avec une victoire chacun face à l'Éthiopie (respectivement 4-0 et 5-1) et un nul 0-0 dans le match les opposant. Un tirage au sort à la pièce4 ou une décision de la CAF12 décide du sort de la Tunisie, qui se qualifie pour la finale de la CAN. Le Ghana bat en finale la Tunisie 3-2 a.p13 et égale ainsi le record de victoires de l'Égypte de deux titres en seulement deux participations, avec une équipe ne comptant que deux membres de l'édition 1963. De plus, avec cinq victoires et un nul après deux participations, l'équipe du Ghana est toujours invaincue en phase finale de la compétition.

1968 : Première du Congo-Kinshasa

À partir de l'édition 1968, le tournoi se tient tous les deux ans les années paires. Le règlement (modifié en mai 1967) autorise désormais les sélections à prendre jusqu'à deux joueurs évoluant en dehors de leur pays pour le tournoi. Vingt nations participent au tour préliminaire pour espérer rejoindre le double tenant du titre ghanéen et l'Éthiopie. Les huit équipes qualifiées pour la phase finale sont regroupées en deux groupes de quatre jouant une rencontre contre chacun de leurs adversaires, et les deux premières de chaque groupe se qualifient pour les demi-finales (système utilisé jusqu'en 1992). Le Congo-Kinshasa et le Ghana déjà opposés en poule se retrouvent en finale après s'être qualifié tous les deux à l'issue de prolongations aux dépens respectivement de l'Éthiopie et de la Côte d'Ivoire. Le Congo-Kinshasa, grâce à ses joueurs professionnels [Muana Kassongo, Nicodème Kabamba, Freddy Mulongo] prend sa revanche du match de poule perdu 2-1 et gagne son premier titre continental grâce au seul but du match signé Kalala Mukendi Pierre à la 66e minute. Après huit victoires et deux nuls depuis ses débuts dans la CAN, le Ghana perd donc son premier match.

1970 : Quatrième finale pour le Ghana

En 1970, la CAN se déroule au Soudan. Dans le groupe A, la Côte d'Ivoire et le Soudan passent aux dépens du Cameroun (les trois équipes qui comptaient 2 victoires et une défaite sont départagés à la différence de buts). L'Égypte et le Ghana sortent de la poule B. Comme lors de la CAN précédente, les deux demi-finales se jouent en prolongations, le pays organisateur et le Ghana passent en finale, et la Côte d'Ivoire perd à ce stade de la compétition. Pour sa quatrième finale consécutive (record), le Ghana s'incline une nouvelle fois sur la plus petite de marge face au Soudan qui gagne sa première CAN. À noter que Laurent Pokou, l'attaquant de la Côte d'Ivoire gagne son deuxième titre de meilleur buteur consécutifs avec 8 buts dont 5 face à l'Éthiopie. Avec ses 6 buts en 1968, il sera pendant 38 ans le meilleur buteur historique de la compétition, le camerounais Samuel Eto'o le dépassant en 2008.

Divers champions successifs

Six nations différentes remportent les éditions de la CAN dans les années 1970 : le Soudan, le Congo, le Zaïre, le Maroc, le Ghana et le Nigeria. Il s'agit du second titre du Zaïre à la CAN 1974 (le Zaïre a remporté la compétition en 1968 en tant que Congo Kinshasa) en battant la Zambie.

Pour l’unique fois de l'histoire de la compétition, la finale est rejouée après un score de parité lors du premier match (2-2 à l'issue du temps règlementaire). Lors de la deuxième rencontre, le Zaïre s'impose 2-0. L'attaquant Pierre Ndaye Mulamba inscrit tous les buts du Zaïre lors de cette édition, soit un total de neuf buts16. À l'issue de la compétition, l'équipe du Zaïre a regagné son pays par avion présidentiel laissé à sa disposition par Mobutu Séséséko17. Trois mois plus tard, le Zaïre devient la première nation d'Afrique noire à se qualifier pour une Coupe du monde en 1974 où elle subit une déroute (trois défaites dont un 9-0 contre la Yougoslavie).

Le Maroc, avec Ahmed Faras, remporte son premier titre continental à la CAN 1976 qui a lieu en Éthiopie19, puis le Ghana remporte son troisième titre en 1978, devenant la première nation à avoir gagné trois titres et lui permettant de conserver le trophée pour toujours20. En 1980, le Nigeria accueille l'évènement et remporte également son premier titre en battant l'Algérie en finale grâce à son attaquant Segun Odegbami.

CAN 1982 en Libye

À la CAN 1982 qui se déroule en Libye, le règlement se met en conformité avec celui de la FIFA qui stipule que « tout joueur, citoyen d'un pays en vertu des lois de ce pays, est qualifié pour jouer en équipe nationale ou représentative de ce pays » permettant à la compétition d'améliorer nettement son niveau de jeu par l'intermédiaire de ses professionnels5. Le Colonel Khadafi souhaitait à tout prix accueillir la CAN et le sommet de l'Organisation de l'unité africaine la même année, l'Égypte hésite à s'y rendre avant de renoncer après l'assassinat du président Anouar el-Sadate, la Tunisie la remplace. Au cours de la cérémonie d'ouverture, Mouammar Kadhafi fait un discours pour dénoncer la politique française au Tchad et l'impérialisme américain à travers l'Afrique, il dénonce également l'apartheid, le "régime fasciste" soudanais puis ponctue son discours par un "Oui à l’Afrique ! Non à la Coupe !", tout au long de la compétition est affiché partout ainsi que dans les médias son livre vert. C'est ainsi que le Ghana remporte pour la quatrième fois le titre continental en battant la Libye en finale à l'issue des tirs au but, ce qui n'empêcha pas un envahissement du terrain par le public après avoir lancé des projectiles sur les vainqueurs tout le match8.

Domination du Cameroun et du Nigeria

Deux ans plus tard, le Cameroun remporte son premier titre en battant le Nigeria, perd ensuite en 1986 en finale aux tirs-aux-buts contre l'Égypte (absente des finales depuis 1962), mais récupère le titre en 1988 lors de sa troisième finale consécutive en répétant sa victoire de 1984 en finale contre le Nigeria. En 1990, l'Algérie accueille la compétition dans un lourd climat, en effet la lutte contre la montée de l'islamisme commence à prendre effet.Sur le plan sportif l'Algérie remporte son plus prestigieux titre en battant le Nigeria (1-0).

Arrivée de l'Afrique du Sud

Le tournoi final lors de la CAN 1992 au Sénégal, accueille désormais douze équipes, divisées en quatre groupes de trois où les deux meilleures de chaque groupe accèdent aux quarts de finale. Le milieu de terrain ghanéen Abedi Pelé, qui a inscrit trois buts, est élu meilleur joueur du tournoi après avoir permis à son équipe d'atteindre la finale (pour laquelle il est suspendu), où elle est battue par la Côte d'Ivoire au bout du onzième tir au but.

Deux ans plus tard, le Nigeria, qui vient de se qualifier pour la Coupe du monde 1994 pour la première fois de son histoire, remporte le titre contre la Zambie (dont une grande partie de l'équipe a péri le 28 avril 1993 lors d'un accident d'avion alors qu'elle se rendait aux qualifications pour la coupe du monde). Pour la seconde fois, Rashidi Yekini termine meilleur buteur du tournoi27. Nelson Mandela a remis le trophée au capitaine blanc de l'Afrique du Sud Neil Tovey lors de la CAN 1996.

La 20e édition de la CAN en 1996 se tient en Afrique du Sud après le refus du Kenya de l'organiser faute de moyens. Cette dernière fait sa réapparition après des décennies d'exclusion due à l'Apartheid. Le nombre de participants à la phase finale passe à seize. Les équipes sont regroupées en quatre groupes. Finalement, seules quinze nations participent en raison du retrait du Nigeria pour des raisons politiques opposant Nelson Mandela et Sani Abacha, le premier ayant demandé un embargo total sur le Nigeria à la suite de l’exécution, le 10 novembre 1995, de neuf opposants de l’ethnie ogonie, par conséquent le Nigeria sera exclu des compétitions internationales quatre années puis réduites à deux ans après les Jeux olympiques d'été de 1996. Les Bafana Bafana (surnom de l'équipe d'Afrique du Sud) remportent leur premier titre sur leurs propres terres, en battant la Tunisie en finale. Le capitaine sud-africain Neil Tovey devient le premier joueur blanc à soulever ce trophée.

Les Sud-Africains atteignent de nouveau la finale en 1998 au Burkina Faso mais sont défaits par l'Égypte (2-0) qui remporte son quatrième titre. Le match pour la troisième place opposant le Burkina Faso à la République démocratique du Congo donne lieu à un rare retournement de situation, où l'équipe congolaise menée 4-1 par les Burkinabé parvient à égaliser en mettant trois buts dans les cinq dernières minutes du temps réglementaires, pour finalement s'imposer aux tirs aux buts.

Domination du Cameroun

Un fossé qui s'est créé dans les années 1990 en Afrique avec la libre circulation des joueurs sur les championnats européens s'intensifie, là où jadis seuls les meilleurs joueurs africains rejoignaient l'Europe, avec la décision de la FIFA qui offre la possibilité aux joueurs de pouvoir rejoindre leurs sélections en cas de convocation qui favorise l'exode, autre conséquence est le fait que des joueurs ayant grandi en Europe peuvent opter pour la nationalité de leurs parents masque le niveau de formation du pays africain et de ses structures (ex. : Frédéric Kanouté avec le Mali). La CAF lutte en créant une Ligue des champions et décide de favoriser les candidatures sub-sahariennes aux CAN où les infrastructures sont vétustes et le niveau proche de l'amateurisme, les pays nord-africains ayant des structures plus professionnelles. C'est ainsi que le Ghana, le Nigeria, le Mali ont accueilli la CAN puis que l'Angola en 2010 et la candidature conjointe du Gabon et de la Guinée équatoriale en 2012 sont retenues pour des éditions futures.

Au début des années 2000, le Cameroun affirme sa suprématie sur le continent, tout d'abord lors de l'édition 2000, organisée conjointement par le Ghana et le Nigeria après la défection du Zimbabwe pourtant choisi en premier. À la suite d'un match nul 2-2 après prolongations, le Cameroun bat le Nigeria aux tirs au but. En 2002 au Mali, les Lions indomptables (surnom de l'équipe du Cameroun) deviennent la première équipe à remporter deux titres consécutifs depuis le Ghana aux débuts des années 1960, en s'imposant, de nouveau aux tirs au but, contre le Sénégal.

Domination de l'Égypte

Deux ans plus tard en 2004, la Tunisie, sur ses terres, remporte son premier titre continental de l'histoire en battant le Maroc 2-1 en finale36. En 2006, c'est de nouveau le pays organisateur qui remporte le trophée, en l'occurrence l'Égypte, qui devient la première nation à s'emparer de son cinquième titre continental, en s'imposant aux tirs au buts en finale face à la Cote d'Ivoire, édition où Samuel Eto'o termine meilleur buteur37. Deux ans plus tard, l'Égypte conserve le titre au Ghana lors de la CAN 2008 en battant en finale 1-0 le Cameroun de Samuel Eto'o (qui lui devient le meilleur buteur de l'histoire de la CAN avec 16 buts). En Angola, lors de l'édition 2010, l'Égypte s'est montrée pharaonique en emportant la coupe pour la troisième fois consécutive. Lors de cette édition, l'équipe égyptienne a gagné tous les matchs qu'elle a joué. En finale, elle a battu le Ghana (1-0). El Hadari a été désigné comme le meilleur gardien de but africain. Gedo, quant à lui, termina meilleur buteur de cette édition avec 5 buts inscrits sans être titularisé une seule fois !

Le Nigeria de retour au sommet

La Zambie mettra fin à la domination égyptienne lors de l'édition 2012. Équipe surprise du tournoi, elle remporte le trophée aux dépens du grand favori, la Côte d'Ivoire, au tirs au buts après prolongations. Triple tenant du titre, l'Égypte n'a pas réussi à se qualifier pour cette CAN.

N'étant pas qualifié non plus en 2012, le Nigeria retrouve la CAN lors de l'édition 2013. Tombé dans la poule C, en compagnie du tenant du titre Zambien, le Nigeria termine derrière le Burkina Faso à la différence de but (la Zambie étant quant à elle éliminée prématurément). La finale opposera à nouveau ces deux équipes, avec pour vainqueur le Nigeria, qui signe son retour au premier plan après son dernier trophée en 1994.

Cette embellie sera néanmoins de courte durée puisque le Nigéria ne réussit pas à se qualifier pour la CAN 2015 en Guinée équatoriale qui a remplacé au pied levé le Maroc, désigné dans un premier temps comme pays hôte, mais qui a été disqualifié par la CAF en raison de sa demande de reporter le tournoi à cause de l'épidémie d'Ebola.

Cette édition 2015 verra le sacre de la Cote d'Ivoire, dans une finale remportée face au Ghana dans une interminable séance de tirs aux buts (8 à 7).

Statistiques

Records en phase finale :

Plus grand nombre de participations : Egypte (22)

Plus grand nombre de titres remportés : Egypte (7)

Plus grand nombre de finales disputées : Ghana (9)

Plus grand nombre de matchs joués : Egypte (90)

Plus grand nombre de buts inscrits : Egypte (154)

Meilleur buteur : Samuel Eto’o (18 buts avec le Cameroun entre 2000 et 2010)

Meilleur buteur sur une édition : Pierre Ndaye Mulamba (9 buts avec la RDC en 1974)

Recordman de victoires en tant que joueur : Essam El-Hadary et Ahmed Hassan (4 victoires avec l’Egypte)

Recordman de victoires en tant que sélectionneur : Charles Gyamfi (3 succès avec le Ghana en 1963, 1965 et 1982) et Hassan Shehata (3 succès avec l’Egypte en 2006, 2008 et 2010)

Vainqueur en tant que joueur et sélectionneur : Mahmoud El-Gohary (Egypte en 1959 et 1998)

Sélectionneur vainqueur avec deux nations différentes : Hervé Renard (2 victoires avec la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015)

Recordman de participations et de matchs : Rigobert Song (8 éditions et 36 rencontres entre 1996 et 2010)

Meilleure série d’invincibilité : Egypte (19 matchs sans défaite, série en cours)

Record de buts sur une édition : 99 (CAN 2008)

Record de buts sur un match : 9 (Egypte – Nigeria : 6-3 en 1963)

Meilleur buteur sur un match  : Laurent Pokou (5 buts avec la Côte d’Ivoire contre l’Ethiopie en 1970)

But le plus rapide du tournoi : Ayman Mansour (23 secondes avec l’Egypte contre le Gabon en 1994)

Plus large victoire : Côte d’Ivoire – Ethiopia (6-1) en 1970

Plus jeune joueur : Shiva Star N’Zigou (16 ans, deux mois et 30 jours avec le Gabon en 2000)

Autres anecdotes et statistiques :

Le Zaïre (1974), le Nigeria (1994) et le Cameroun (2002) ont réussi l’exploit de gagner la CAN tout en participant à la Coupe du monde la même année

Le Maroc (1970 et 1994), le Cameroun (1994), le Nigeria (1998) et l’Afrique du Sud (2010, pays organisateur) ont disputé le Mondial sans participer à la phase finale de la Coupe d’Afrique la même année

Le Sénégal (2002), le Togo (2006) et l’Angola (2006) sont les trois seuls pays ayant participé à la Coupe du monde à ne jamais avoir remporté la CAN

La Côte d’Ivoire n’a jamais marqué, ni encaissé le moindre but en quatre finales de CAN disputées. Cela ne l’a pas empêchée de conquérir deux trophées (1992 et 2015)

Sur les 52 sélections recensées par la Confédération Africaine de Football, 16 n’ont jamais participé à une phase finale : Burundi, République Centrafricaine, Tchad, Comores, Djibouti, Érythrée, Gambie, Guinée-Bissau, Lesotho, Madagascar, Mauritanie, Sao Tomé-et-Principe, Seychelles, Somalie, Sud Soudan, Swaziland

Equipe type de l’histoire de la Coupe d’Afrique des Nations : El-Hadary (Egypte) – Geremi (Cameroun), Kolo Touré (Côte d’Ivoire), Kuffour (Ghana), Taiwo (Nigeria) – Yaya Touré (Côte d’Ivoire), Essien (Ghana), Okocha (Nigeria) – Aboutrika (Egypte), Drogba (Côte d’Ivoire), Eto’o (Cameroun)

Palmarès : Coupe d'Afrique des nations (CAN)

Année Pays Hôte Champion Finaliste Score
2015Guinée équatorialeCÔTE D'IVOIRE (Hervé Renard)GHANA0-0 ap, 9 tab à 8
2013Afrique du SudNIGERIA (Stephen Keshi)BURKINA FASO1-0
2012Gabon et Guinée équatorialeZAMBIE (Hervé Renard)CÔTE D'IVOIRE0-0 ap, 8 tab à 7
2010AngolaEGYPTE (Hassan Shehata)GHANA1-0
2008GhanaEGYPTE (Hassan Shehata)CAMEROUN1-0
2006ÉgypteEGYPTE (Hassan Shehata)CÔTE D'IVOIRE0-0 ap, 4 tab à 2
2004TunisieTUNISIE (Roger Lemerre)MAROC2-1
2002MaliCAMEROUN (Winfried Schäfer)SENEGAL0-0 ap, 3 tab à 2
2000Ghana et NigeriaCAMEROUN (Pierre Lechantre)NIGERIA2-2 ap, 4 tab à 3
1998Burkina FasoEGYPTE (Mahmoud El-Gohary)AFRIQUE DU SUD2-0
1996Afrique du SudAFRIQUE DU SUD (Clive Barker)TUNISIE2-0
1994TunisieNIGERIA (Clemens Westerhof)ZAMBIE2-1
1992SénégalCÔTE D'IVOIRE (Martial Yeo)GHANA0-0 ap, 11 tab à 10
1990AlgérieALGERIE (Abdelhamid Kermali)NIGERIA1-0
1988MarocCAMEROUN (Claude Le Roy)NIGERIA1-0
1986ÉgypteEGYPTE (John Michael Smith)CAMEROUN0-0 ap, 5 tab à 4
1984Côte d'IvoireCAMEROUN (Radivoje Ognjanovic)NIGERIA3-1
1982LibyeGHANALIBYE1-1 ap, 7 tab à 6
1980NigériaNIGERIAALGERIE3-0
1978GhanaGHANAOUGANDA2-0
1976ÉthiopieMAROCGUINEE
1974ÉgypteZAïREZAMBIE2-2 ap, 2-0
1972CamerounCONGOMALI3-2
1970SoudanSOUDANGHANA1-0
1968ÉthiopieRD CONGOGHANA1-0
1965TunisieGHANATUNISIE3-2 ap
1963GhanaGHANASOUDAN3-0
1962ÉthiopieETHIOPIEEGYPTE4-2 ap
1959République arabe unieEGYPTESOUDAN2-1
1957SoudanEGYPTEETHIOPIE4-0

Match du Jour